Koha Jonë

Le pays progresse, mais pas sa classe politique : où va l’Albanie ?

| |

Dix ans après l’instauration du pluralisme politique, l’Albanie semble toujours faire deux pas en avant et un en arrière. La classe politique ne parvient pas à surmonter ses désaccords au profit d’une véritable politique nationale de progrès économique et social.

Le Parti démocratique cherche à rallier les autres formations de droite, alors que le Parti socialiste tente de mettre en place un bloc de gauche. On s’attend à un débat public assez animé entre Fatos Nano et son successeur, Ilir Meta, à la veille des élections. En fait, ces dernières années, l’Albanie a connu certaines avancées politiques, économiques et, dans une moindre mesure, sociales. Les tensions politiques entre Fatos Nanos et Sali Berisha se sont quelque peu apaisées avec la conclusion d’une entente sur l’élection d’un chef d’État consensuel, tandis que les négociations avec l’Union européenne autour d’un Accord de stabilisation et d’association (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous