Regard sur l’Est

La perspective d’adhésion européenne de la Bosnie-Herzégovine : un « casse-tête » inextricable ?

| |

Cela fait maintenant 14 ans que la Bosnie-Herzégovine se trouve dans une impasse politique. La constitution issue des accords de Dayton ne permet pas au pays de fonctionner correctement et les trois communautés tentent chacune de tirer la couverture à elle. Au mois d’octobre la « réunion de la dernière chance » qui s’est tenue sur la base de Butmir a été un nouvel échec. Par crainte d’un autre conflit, la Communauté internationale préfère jouer la stratégie du statu quo. Comment relancer, dans ce cadre, la perspective d’adhésion de la Bosnie à l’UE ?

Depuis le mois de mai, un nouveau bras de fer s’est installé entre les Serbes de Bosnie-Herzégovine et la Communauté internationale. Le Haut représentant en Bosnie-Herzégovine [1], Valentin Inzko, a imposé une série de décisions que refuse la Republika Srpska. Alors que le Haut représentant s’évertue depuis quelques années à renforcer l’Etat central, le 14 mai dernier l’assemblée de la Republika Srpska adoptait une résolution qui réclamait le retour des compétences au niveau des entités et annulait des décisions prises par l’OHR. Le Haut représentant décidait alors d’utiliser ses pouvoirs de coercition, les « pouvoirs de Bonn [2] ». Si le climat (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous