Osservatorio sui Balcani

La crise économique favorise le dialogue entre la Grèce et la Turquie

| |

La crise économique favorise la reprise du dialogue entre Athènes et Ankara. Après la visite du Premier ministre grec, Georges Papandréou, en Turquie en octobre dernier, c’est Recep Tayyip Erdoğan, son homologue turc, qui s’est rendu à Athènes le 14 mai 2010. Avec en ligne de mire des accords économiques, mais aussi l’ouverture de coopérations sur l’enseignement de l’histoire à l’école où de négociations l’avenir de Chypre. Les deux ennemis séculaires sont-ils pour de bon en train de solder les conflits du passé ?

Par Alberto Tetta Selon Evren Dede, journaliste au bimensuel turco-arménien Agos, cet accord « est un pas très important dans la compréhension réciproque entre les deux pays, qui nécessitera un travail de longue haleine et beaucoup de bonne volonté. N’oublions pas qu’en Grèce une première tentative en ce sens a coûté son poste à Maretta Yanakou, ministre de l’Education du gouvernement précédent. En 2007, elle a sacrifié sa carrière politique en défendant des manuels scolaires ne comportant pas de propos haineux envers les Turcs. L’Église orthodoxe et les groupes nationalistes se sont mobilisés avec succès contre la diffusion de ces manuels, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous