La Grèce veut libéraliser l’enseignement supérieur pour attirer des étudiants étrangers

| |

En Grèce, seuls 3,4% des étudiants viennent de l’étranger, principalement de Chypre. Le gouvernement conservateur de Kyriákos Mitsotákis voudrait rendre les universités du pays plus attractives et propose de créer des cursus payants en anglais. Le pays va aussi reconnaître les diplômes des universités privées, et ouvrir l’enseignement supérieur aux partenariats public-privé...

Par Marina Rafenberg Quelque 17 000 ressortissants étrangers étudient actuellement en Grèce. Parmi eux, 12 000 environ sont chypriotes et bénéficient d’un processus d’entrée facilité dans les universités grecques. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), on ne compte que 3,4% d’étudiants étrangers en Grèce, alors qu’ils sont 11% aux Pays-Bas et 8,7% en Belgique. Un retard auquel le gouvernement conservateur de Kyriákos Mitsotákis veut remédier. Avec l’essor du tourisme, le pays a de nouveau acquis une certaine aura et peut espérer attirer des étudiants prêts à payer pour leur cursus universitaire. Aussi, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous