Ert3/To Vima/Kathimerini

Plan d’austérité en Grèce : les étudiants ne veulent pas d’une université privatisée

| | |

Sous la pression de l’UE et du FMI, la Grèce doit accélérer la mise en œuvre de son plan d’austérité. La réforme des universités votée à une très large majorité s’inscrit dans cette logique libérale de réduction des budgets publics. Elle prévoit notamment l’introduction de fonds privés pour les financements ainsi que de critères de qualité pour leur répartition. Unis pour la première fois, syndicats étudiants de gauche et de droite ont lancé un vaste mouvement de protestation.

Par Marny Papamathaiou et Apostolos Lakasas C’est à une large majorité de députés PASOK, Nouvelle Démocratie, LAOS et Alliance démocratique que le projet de réforme pour l’enseignement supérieur a été voté fin août à Athènes. Seuls le parti communiste, la gauche radicale SYRIZA et la Gauche démocratique ont voté contre. Retrouvez notre dossier : Grèce : une crise sans fin ? Les universités seront administrées par une dyarchie : un Conseil d’administration de quinze membres dont huit issus de l’établissement, six extérieurs et un représentant étudiant, lesquels seront responsables des dossiers administratifs et du développement tandis que le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous