Le Courrier des Balkans

Grèce : un mois après la victoire de Syriza, des lendemains qui déchantent ?

| |

Après l’accord conclu par Aléxis Tsipras à Bruxelles sur la renégociation de la dette, les premières dissensions se sont faites sentir au sein de Syriza, tiraillé entre son aile gauche intransigeante et la realpolitik gouvernementale. Reportage à Ilion, quartier populaire de 95 000 habitants dans la banlieue sud d’Athènes, là où l’on espère que la solidarité et la gauche radicale sauront relever la Grèce.

Par Pavlos Kapantais Joanna a 45 ans. En septembre 2010, elle s’est retrouvée du jour au lendemain au chômage après la faillite de son entreprise. Une chute brutale pour cette cadre qui avait grimpé les échelons un à un en plus de vingt ans de carrière. Trois ans et demi plus tard, elle est toujours à la recherche d’un nouveau poste. Son mari, fonctionnaire, a quant à lui perdu plus de la moitié de son salaire à cause de l’austérité imposée par la Troïka. « Notre revenu familial est passé de 3200 euros mensuels début 2010 à 1000 euros aujourd’hui », lâche Joanna, le regard amer. Cependant, ce qui revient le plus dans son discours, ce n’est pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous