Grèce : pour Syriza, « la guerre ne fait que commencer »

| |

Après le diktat européen imposé à la Grèce en juillet dernier, l’unité de la coalition Syriza a fini par voler en éclats, obligeant le Premier ministre Tsipras à convoquer de nouvelles élections législatives le 20 septembre prochain. Une échéance électorale qui s’annonce très indécise. Rencontre avec Sia Anagnostopoulou, ministre déléguée aux Questions européennes dans le gouvernement sortant.

Propos recueillis par Pavlos Kapantais " /> Sia Anagnostopoulou était, jusqu’à la démission du gouvernement Tsipras, ministre déléguée aux Questions européennes. Historienne de formation, elle a longtemps enseigné à l’université d’Athènes. Le Courrier des Balkans (C.d.B.) : Sept mois après la victoire de Syriza aux législatives et deux mois après la signature de l’accord entre la Grèce et ses partenaires européens, les Grecs sont de nouveaux appelés aux urnes. Cela était-il nécessaire ? Sia Anagnostopoulou (S.A.) : Aucun gouvernement ne peux se permettre de passer les lois qu’il juge nécessaire avec les voix de l’opposition tandis que ses propres (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous