IWPR

Et si la Serbie avait tout intérêt à abandonner le Kosovo ?

| |

Le Kosovo est pauvre et ne présente aucune perspective de développement économique. Par contre, la population albanaise se caractérise par une démographie vigoureuse. Si un nouvel État commun était fondé, ce poids des Albanais devrait aussi s’exprimer dans les institutions politiques. Au-delà du « mythe du Kosovo », la Serbie n’aurait-elle pas intérêt à abandonner pour de bon ce territoire ?

Par Ivan Ahel Dès qu’il est question du Kosovo en Serbie, la plupart des gens sont à ce point partagés entre leurs émotions et leur raison qu’ils oublient un seul point : ce n’est pas dans son intérêt que la Serbie conserverait dans ses frontières ce territoire. Une école de pensée veut que les Serbes ordinaires soient attachés à leurs frontières spirituelles, nationales et statutaires, que sont les églises, les monastères et les tombes de leurs guerriers. Pour cette école, le Kosovo est le berceau de la Serbie et de son Église, de même que le centre culturel des Serbes - un lieu saint pour tous les Serbes. En d’autres termes, sans le Kosovo il n’y a pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous