Vreme

Kosovo : Belgrade brise le silence

| |

Il aura fallu trois ans et demi pour que le Kosovo revienne agiter le monde politique serbe. Est-ce trop tôt ou trop tard pour aborder la question du changement durable de statut de cette région ?

Par Dejan Anastasijevic Le 16 janvier, lors d’une conférence de presse, le Premier ministre serbe Zoran Djindjic a déclaré que « le Kosovo se transformait peu à peu en État, au su et au vu de tout le monde », et que « l’on ne pouvait plus passer ce fait sous silence ». Il a ajouté qu’il était préférable de réagir maintenant, que l’État avait en main une stratégie concernant le Kosovo et qu’il faudrait éventuellement demander l’appui de l’UE. « Je ne pense pas qu’il soit trop tôt pour essayer de remédier à une situation inacceptable et d’exiger des gestes décisifs afin de protéger les droits de la Serbie. Au contraire, c’est la dernière chance pour entamer des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous