Serbie : l’héritage c’est pour les hommes, pas pour les femmes

| |

À peine un quart des femmes en Serbie sont propriétaires. Une inégalité qui s’explique notamment par le fait que les héritages reviennent très majoritairement aux hommes, selon des règles traditionnelles qui enfreignent la loi. Des féministes lancent une campagne anti-discrimination.

Traduit par Nikola Radić (article original) | Adapté par la rédaction La Serbie compte 200 000 femmes de plus que d’hommes. « Il serait donc logique que plus de la moitié des biens en Serbie appartiennent à des femmes, mais c’est loin d’être le cas : à peine 25% des femmes possèdent un bien enregistré à leur nom », fait remarquer l’Association des femmes du district de Kolubara (ŽUKO). L’ONG vient de lancer une campagne d’information pour une succession plus juste intitulée « Et moi, qu’est-ce qui me revient ? » (Koliki je moj deo, la réplique d’un film yougoslave culte, NdT). La raison principale est simple, poursuivent les militantes de cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous