BIRN

Crise sociale en Serbie : l’exode ou la contrebande

| |

Les habitants de la région de Raska, dans le sud de la Serbie, n’ont que deux choix possibles : faire de la contrebande avec le Kosovo, ou bien partir à l’étranger. En effet, toutes les entreprises d’État se sont effondrées, et le chômage touche un tiers des actifs. Même le tourisme, qui avait commencé à se développer dans les stations de ski et les stations thermales des environs, ne tient pas ses promesses.

Par Prvoslav Karanovic Dans la petite ville de Raska, dans le centre-sud de la Serbie, la plupart des journées sont des jours de congé. Tel est certainement le cas pour Jovan, 25 ans, qui flâne dans les cafés quand il reçoit assez d’argent de poche de ses parents. Il dépense facilement le peu d’argent qu’il a sans parvenir à tuer le temps : il n’a pas d’emploi - et affirme qu’il n’en aura pas avant de partir à l’étranger pour faire fortune. Jovan est l’un de ces nombreux jeunes rêveurs qui hantent tous les cafés en ville, en attendant de partir pour des cieux plus cléments. Selon les bureaux locaux de l’Agence nationale de l’Emploi, environ le tiers des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous