La chute du Mur de Berlin et la réinvention des alternatives

| | |

Plombés par la crise et la répression, les régimes de parti unique étaient voués à disparaître, mais bien des alternatives auraient pu naître sur les décombres du mur de Berlin. L’imposition du modèle néolibéral n’était pas inéluctable et des voies nouvelles restent à inventer à l’heure de la crise climatique. L’analyse de Catherine Samary.

Économiste, ancienne enseignante à Paris-Dauphine, Catherine Samary a ancré ses recherches sur la Yougoslavie socialiste. Elle est membre du Conseil scientifique d’Attac. le Courrier des Balkans (CdB) : La chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989 et la rapidité de la dislocation du « socialisme réel » qui a suivi semblent avoir pris tout le monde de court, y compris l’Occident. Cet effondrement était-il prévisible ? Catherine Samary (C.S.) : La chute du Mur puis la fin des régimes de parti unique ont été bien plus « faciles » à réaliser que le changement de système. La répression avait rendu ces régimes très impopulaires, elle a suscité de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous