Relations régionales : l’Albanie, meilleur ami de la Turquie dans les Balkans

| |

Depuis la chute de la dictature, les politiciens et hommes d’affaires turcs ont toujours considéré l’Albanie comme une terre de mission, augmentant au fil des ans le montant de leurs investissements et leur influence politique. Et les dirigeants albanais ont toujours apprécié le concours de leurs homologues turcs pour s’opposer aux Grecs ou faire pression sur l’Union européenne.

Par Arlind Qori Les libéraux albanais aiment à imaginer que l’Empire ottoman n’a jamais cessé d’exister. L’un des clichés souvent véhiculé par ces intellectuels est que les insuffisances du capitalisme et de la démocratie libérale seraient en Albanie une conséquence de l’héritage culturel ottoman, ou plutôt de son prétendu retard. En réalité, les relations contemporaines entre l’Albanie et la Turquie sont évidemment beaucoup plus complexes. Le pays a obtenu son indépendance en 1912, alors que l’Empire ottoman était en train de se désintégrer, en pleine guerre balkanique, sous les coups de ses voisins grecs, monténégrins et serbes qui se battaient (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous