Serbie : le régime veut faire taire le média d’investigation KRIK

| |

De longue date dans le collimateur du régime Vučić, le site d’investigation KRIK vient d’être reconnu coupable d’avoir écrit sur le procès du groupe criminel de Zoran « Jotka » Jotić et ses liens présumés avec Bratislav Gašić, le nouveau ministre de l’Intérieur. Une nouvelle procédure-bâillon pour faire taire ce média qui refuse d’être aux ordres.

Par Milica Čubrilo-Filipović C’est une énième attaque opérée par le régime du président Aleksandar Vučić contre les médias indépendants serbes. La rédaction de KRIK (cri, en serbe) a été condamnée le 4 novembre pour avoir publié une information révélée lors du procès du groupe criminel dirigé par Zoran Jotić Jotka. Lors d’une conversation interceptée par la police qui a été diffusée à l’audience, on entend un des accusés dire : « Jotić n’a pas à s’inquiéter pour sa sécurité, Gašić est ’à la soupe’ chez lui ». Une expression bien connue dans le jargon mafieux, pour dire que quelqu’un reçoit de l’argent pour se taire. Ancien chef des services de renseignements (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous