Mafia et politique en Serbie : petits services entre amis

| |

Un chef de bande, accusé de meurtres et de trafic de drogues, et le président de la République qui se rencontrent dans un appartement discret de Belgrade... Même s’il est difficile de faire la part du bluff, les déclarations de Veljko Belivuk sont accablantes pour Aleksandar Vučić et jettent la lumière sur les relations entre le pouvoir et les groupes de hooligans.

Traduit et adapté par la rédaction (article original) C’est précisément Darko Glišić qui aurait organisé un tête-à-tête entre Aleksandar Vučić, Veljko Belivuk et Marko Miljković dans un appartement privé du quartier de Zvezdara, à Belgrade. « On a parlé de plein de sujets et il y a eu plusieurs réunions. Dès la première réunion, Vučić nous a dit qu’on réduirait nos rencontres au minimum pour ne pas le compromettre ni nous-mêmes, vu la situation politique. » « Les services » Parmi les divers « services » qu’Aleksandar Vučić aurait demandé à Belivuk, figure aussi la demande d’empêcher les chauffeurs de taxi de manifester contre l’application concurrente (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous