Serbie : l’affaire Kopernikus, ou comment l’État prend le contrôle de tous les médias

| |

Acte 1, via l’entreprise publique Telekom Srbija, l’État achète un opérateur privé de câble. Acte 2, ce petit opérateur, Kopernikus, dirigé par un proche du régime, achète deux des cinq chaînes de télévision ayant une fréquence nationale, ainsi que des stations de radio et des sites d’information. La mainmise de l’État et du SNS d’Aleksandar Vučić sur les médias est désormais presque totale.

Par Milica Čubrilo Filipović L’opérateur de câble Kopernikus a annoncé le 4 décembre qu’il avait acheté deux télévisions disposant d’une fréquence nationale, O2 et Prva, pour la somme de 200 millions d’euros. Srđan Milovanović, le directeur de Kopernikus, est considéré comme un proche du Parti progressiste serbe (SNS) du Président Vučić. Son frère Zvezdan est même un membre actif du parti. Aussi la menace d’un contrôle total des cinq télévisions nationales de Serbie par le pouvoir semble-t-elle sur le point de se réaliser. Cette acquisition survient deux mois après le rachat controversé de Kopernikus Technology par Telekom Srbija, dont l’État est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous