Serbie : les travailleurs-esclaves chinois des mines de Bor

| |

Sous-payés, sous-alimentés, entassés dans des containers insalubres, privés de sortie et soumis à un régime de travail inhumain, les mineurs chinois de Bor dénoncent des conditions proches de l’esclavage. Mais en Serbie, le « grand frère chinois » est un investisseur de taille. Alors, du côté de Belgrade, c’est motus et bouche cousue.

Par Milica Čubrilo Filipović Zijin Mining and Construction Company ne traite pas ses ouvriers dignement. « Tous les jours nous subissons toutes sortes de harcèlements », confie un ouvrier chinois sous couvert d’anonymat. Un appel au secours a été lancé sur les réseaux sociaux par plus de 300 employés de Zijin recrutés pour le lancement de la nouvelle mine de cuivre Čukaru Peki, à Bor, propriété chinoise depuis 2019. Les mineurs se plaignent d’être entassés dans des containers humides et sans chauffage, de ne pas être suffisamment nourris, de travailler 250 heures par mois pour un salaire de 700 euros depuis avril 2020, et de vivre dans un « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous