Investissements chinois en Serbie : gare au mirage

| |

Entre promesses et réalité, le fossé se creuse. Si la Chine occupe une place de choix parmi les grands partenaires économiques de la Serbie, avec le rachat des mines de Bor ou de l’aciérie de Smederevo, ses investissements sont en réalité moins mirobolants qu’il n’y paraît. Et, à cause de ses crédits à taux préférentiel, c’est le plus souvent le contribuable serbe qui paie. Analyse.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) Alors que les autorités serbes se félicitent des « vertigineux » investissements chinois en Serbie, les données officielles révèlent que les chiffres réels sont beaucoup moins élevés. « Le total des investissements chinois dans les projets déjà réalisés, ceux en cours et ceux à venir, a atteint dix milliards d’euros », assurait le 11 avril 2019 la Première ministre Ana Brnabić. Or, selon les données de la Banque nationale de Serbie, les investissements de la Chine réalisés au cours de ces dix dernières années s’élèvent à seulement 1,6 milliard d’euros. Ces investissements sont certes à la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous