Serbie : exploitation maximum pour les travailleurs indiens du bâtiment

| |

Ils coûtent moins cher encore que la main d’œuvre locale, qui est pourtant déjà bon marché. En Serbie, le secteur du bâtiment fait désormais venir des travailleurs étrangers. Cet hiver, des Indiens ont dénoncé leurs indignes conditions de travail et leurs salaires impayés. Chronique de l’esclavage moderne mondialisé.

Adapté par Nikola Radić (article original) En Serbie, des ouvriers indiens sont actuellement engagés dans les principaux projets d’infrastructures, tels que la ligne de train à grande vitesse Belgrade–Budapest financée par la Chine ou la construction d’un viaduc à Čortanovci. Or, certains d’entre eux viennent de retourner en Inde parce qu’ils ne supportaient plus leurs conditions de travail. « Des ouvriers indiens se sont plaints auprès de nous du retard de salaires, de pénalités illégales imposées par l’employeur et de mauvaises conditions de travail. Ils ont lancé une grève revendiquant les salaires dus. Une dizaine sont partis en Inde sans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous