B92

Travail en Serbie : intérim et précarité, des nouvelles formes d’esclavage

| |

Le travail par intérim connaît un franc succès en Serbie : on estime à 50 000 le nombre de travailleurs qui utilisent ces agences pour dénicher un emploi temporaire faute de mieux. Les syndicats parlent de grand bond en arrière et d’un « retour à l’esclavage ».

Après avoir travaillé quatre ans en intérim dans les médias, J.N., 28 ans, trouve enfin un nouvel emploi et croit qu’elle en a terminé avec une carrière au jour le jour : elle est embauchée dans une grande compagnie comme assistante de direction. Tout semblait se passer comme elle le souhaitait. Mais en apparence seulement, car elle n’avait pas de contrat de travail. Le contrat a été conclu entre l’employeur et l’agence d’intérim : c’est ainsi qu’à la fin du contrat, la jeune fille est redevenue chômeur sans de prime de licenciement, l’employeur et l’agence n’ayant plus d’obligations envers elle. Son salaire était de 70 000 dinars (600 euros). Le travail (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous