Tradition populaire et nationalisme : ces chansons qui ont fait la Serbie

| |

Dis-moi ce que tu chantes, je te dirai qui tu es... Les différents nationalismes des Balkans ont utilisé la musique et les chants populaires comme justification historique de leurs prétentions sur certains territoires. En « Vieille Serbie », les collecteurs serbes du XIXe siècle ont totalement ignoré les traditions musicales turque ou albanaise. Un travers toujours d’actualité à l’heure des « pèlerinages » en chansons au Kosovo.

Propos recueillis par Branka Mihajlović Dans son dernier livre Mapiranje Stare Srbije (Cartographie de la Vieille Serbie, Belgrade, Biblioteka XX Veka, 2017, non traduit), Srđan Atanasovski, collaborateur de l’Institut de Musicologie de l’Académie serbe des sciences et des arts (SANU), analyse le rôle des chansons folkloriques dans la genèse du nationalisme serbe et dans l’expansion territoriale de l’État serbe au XIXème siècle. RSE : Dans les Balkans, peut-on dire que les chants folkloriques rapprochent ou plutôt qu’ils éloignent les peuples ? Srđan Atanasovski (S.A.) : En tant que chercheur, j’ai choisi d’aborder la question du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous