Macédoine du Nord : 59 ans après le séisme, les espoirs déçus de Skopje

| |

Ces dernières années, quand on parle de la capitale macédonienne c’est pour s’inquiéter de sa terrible pollution atmosphérique ou critiquer le gigantesque projet néo-antique Skopje 2014, aussi kitsch que nébuleux. Pourtant après le séisme de 1963, les autorités ambitionnaient d’en faire une métropole tournée vers l’avenir.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) Tout est soumis à la loi de l’offre et de la demande. La jeune architecte Sara Simoska partage la même déception. Elle regrette le chaos du centre-ville avec ses « nouveaux bâtiments à moitié construits et ses façades en ruine à moitié démolies ». Pour elle, le visage de la ville est le reflet de la mentalité de ses habitants. « Tout est soumis à la loi de l’offre et de la demande. La construction intensive de logements est due à une forte demande. Il en va de même pour les pistes cyclables qui fleurissent sous la pression des habitants. », analyse-t-elle, convaincue que tous ces changements (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous