Qui perd le plus à l’échec du dialogue entre le Kosovo et la Serbie ?

| |

La dernière rencontre entre Albin Kurti et Aleksandar Vučić à Bruxelles s’est soldée par un échec. Le dialogue est en panne : celui-ci conditionne pourtant le rapprochement européen du Kosovo et de la Serbie, mais en réalité, l’Union européenne n’a plus grand chose à offrir.

Traduit par Belgzim Kamberi (article original) Avant la rencontre du 19 juillet qui a réuni à Bruxelles les dirigeants du Kosovo et de Serbie, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell affirmait que la durée de celle-ci dépendrait de l’ambiance qui régnerait durant les discussions. Et de fait, l’ambiance fut loin d’être chaleureuse, comme l’ont expliqué Albin Kurti et Aleksandar Vučić, qui se sont mutuellement accusés de n’avoir aucune envie de faire avancer le dialogue. Il a donc été assez rapidement évident que la seconde rencontre en un mois entre les deux hommes était un échec. Malgré tout, indépendamment des positions des uns et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous