Roms, Ashkali, Égyptiens au Kosovo : nos vies comptent aussi

| |

Le meurtre de George Floyd a suscité une vague de protestations anti-racistes à travers le monde. Au Kosovo, comme dans tous les Balkans, les victimes oubliées du racisme ne sont pas les Noirs, mais les Roms. Le coup de gueule d’Isak Skenderi, directeur de l’organisation La Voix des Roms, Ashkali et Égyptiens.

Traduit par Laurent Geslin (article original) Le meurtre de George Floyd était un acte terrible et, en tant que personne férue de justice et d’égalité, il est encourageant de voir tant de mes compatriotes kosovars le condamner, se tenir aux côtés des Noirs et ne pas hésiter à utiliser le mot « racisme ». Mais si l’on considère notre situation, celles des Roms, des Ashkali et des Égyptiens, le niveau de pauvreté auquel nous sommes confrontés et l’exclusion qui nous frappe, je pense que de nombreux Kosovars se révèlent malheureusement hypocrites. Le célèbre chanteur Rambo Amadeus déclarait ainsi récemment : « Le racisme dans les Balkans ne peut être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous