Kosovo : pour trouver un emploi, prenez la carte du parti

|

170 000 Kosovars se sont exilés en cinq ans mais, pour les membres des partis au pouvoir, pas de problème. Les emplois publics sont toujours attribués selon des règles clientélistes qui ne tiennent pas compte des compétences. Après le PDK, c’est désormais l’AAK qui place les siens au sein de Telekom Kosova, le géant public qui ne connaît même pas le nombre de ses employés.

Par Hysni Bajraktari En moins d’un an, plus de 230 personnes ont été embauchées par Telekom Kosovo, entreprise théoriquement en cours de privatisation depuis des années et actuellement gérée par le gouvernement kosovar. Connue depuis des années comme « réservoir » d’emplois pour les cadres du Parti démocratique du Kosovo (PDK) de Kadri Veseli, c’est désormais le parti du Premier ministre Ramush Haradinaj, l’Alliance pour l’Avenir du Kosovo (AAK), qui entend toucher sa part du gâteau, relançant le débat sur le népotisme et le clientélisme dans le secteur public. Des députés et des cadres du parti ont reconnu qu’ils avaient fait embaucher plusieurs (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous