Osservatorio Balcani E Caucaso

Corruption et clientélisme au Kosovo : pourquoi le gouvernement n’a pas vendu les PTK

| |

La vente des PTK engagée depuis le printemps 2009 a fini par capoter. Cette privatisation était pourtant primordiale : elle devait renflouer les caisses - vides - du pays et servir de test pour les potentiels investisseurs étrangers. Le gouvernement PDK d’Hashim Thaçi a-t-il sciemment sabordé la vente d’une entreprise dont il se sert pour remplir ses poches et celles de ses proches ? L’analyse sans concession d’Andrea Lorenzo Capussela, l’ancien directeur des Affaires économiques et fiscales de l’ICO.

Par Andrea Lorenzo Capussela Corruption, mauvaise gouvernance et inefficacité. Et pas que pour la politique locale. Le récit d’Andrea Lorenzo Capussela, ancien fonctionnaire ICO, concernant le processus de privatisation de l’une des principales entreprises kosovares est particulièrement inquiétant. Je viens à peine de recevoir trois nouvelles du Kosovo : La vente des PTK (Poste et Télécommunications du Kosovo) a été annulée puisqu’il ne reste plus qu’un seul potentiel acquéreur. L’autre participant à l’appel d’offre, Telecom Croatie, s’est retiré suite aux accusations de corruption visant les administrateurs des PTK. Ces accusations se basent en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous