Dacian Cioloş, le « Macron roumain » en campagne pour les européennes, et un peu pour la présidentielle

| |

À la tête d’une alliance libérale, l’ancien Premier ministre « technocrate » mène une campagne europhile, qui entend dépasser le clivage gauche-droite. Avec comme modèles En Marche et Ciudadanos, avec qui il espère pouvoir créer un nouveau groupe de centre-droit au Parlement européen.

Par Fl. Cass. Dacian Cioloş, 49 ans, est la tête de liste de l’alliance entre son Parti Liberté, Unité, Solidarité (PLUS) et l’Union Sauver la Roumanie (USR), dirigée par Dan Barna. Il est assuré de siéger au Parlement européen puisque USR-PLUS est créditée d’environ 16% des intentions de votes [1], ce qui représente 5 sièges sur les 32 attribués à la Roumanie. Les élections européennes 2019 vues par Le Courrier des Balkans et Le Courrier d’Europe centrale L’agro-économiste et ancien commissaire européen qui s’était vu confier le poste de Premier ministre, tendance « technocrate », après la tragédie de Colectiv, est dans la lignée de ces (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous