Croatie : sur la plage privatisée, bétonnage et parasols privés

| |

En théorie, les plages de Croatie sont un bien public inaliénable. Mais dans les faits, cela fait plus de deux décennies que des bouts de côte sont mis en concessions selon un système rongé par la corruption et au mépris du respect de l’environnement. La seule logique qui guide cette pratique illégale : le profit à tout prix. Mais les citoyens se mobilisent.

Par Hrvoje Šimičević En 1994, une branche de l’Académie croate des sciences et des arts (HAZU) publiait un avis sur le projet de loi sur les ports maritimes de l’époque. Les auteurs de ce texte, des patriotes tout dévoués à la jeune République de Croatie, voyaient d’un œil très critique la proposition du régime de Tuđman de privatiser les biens maritimes et proposaient plutôt un système de concessions. Dans ce texte, les auteurs abordaient également la question des plages, dont ils jugeaient impossibles qu’elles deviennent des propriétés privées. Ils soulignaient que « les concessions éventuelles ne devraient en aucun cas interdire ou limiter (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous