Croatie : dans les campagnes désertées, « la quarantaine, c’est notre quotidien »

| |

Dans la région de Karlovac, entre Zagreb et la côte adriatique, les villages sont vides, frappés par l’exode rural et la dernière guerre, et ceux qui restent de plus en plus âgés. Les transports publics sont inexistants, les commerces se font rares, et le confinement décrété par les autorités croates rend la vie encore un peu plus difficile. Reportage.

Traduit et adapté par Chloé Billon (article original) Dans la municipalité de Plaški, personne n’est contaminé, mais les rues sont désertes. Pour se déplacer en voiture, il faut l’autorisation de la cellule de crise de la protection civile régionale et compter sur les relations de bon voisinage pour trouver un véhicule. De toute façon, même avant le coronavirus, il n’y avait plus de transports publics. Nenad Vukadinović, président du Conseil municipal de Jasenak, explique que le médecin fait la tournée du village deux fois par semaine, et que pour l’instant, il n’y a pas de gros problèmes de santé. Les épiceries sont toujours approvisionnées, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous