Bosnie-Herzégovine : le miroir aux alouettes de la réforme de la loi électorale

| |

Le 17 juin dernier, le SDA et le HDZ-BiH signaient un accord pour le tenue d’élections dans la ville de Mostar, après 12 ans sans scrutin, ouvrant également la voie à une « modification de la loi électorale » bosnienne. Mais cette « fable » n’a aucune chance de devenir réalité. Analyse.

Traduit et adapté par Aline Cateux (article original) Graver la division communautaire de la Bosnie-Herzégovine dans le marbre et ouvrir la porte à la création d’une troisième entité. C’est ainsi qu’Enver Kazaz, professeur à la faculté de philosophie de Sarajevo, analyse l’annonce d’une future modification de la loi électorale bosnienne. Bakir Izetbegović et Dragan Čović, les dirigeants des Parti de l’action démocratique (SDA) et de l’Union démocratique croate de Bosnie-Herzégovine (HDZ-BiH) ont en effet annoncé à Mostar, le 17 juin dernier, qu’ils allaient dans les trois prochaines semaines discuter d’une réforme du cadre électoral du pays. Au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous