Bosnie-Herzégovine : comment ArcelorMittal met à profit la crise du coronavirus

| |

On l’accuse de polluer, de ne pas respecter pas le droit du travail et de n’avoir jamais tenu les engagements pris en 2004, lors du rachat des aciéries de Zenica... La filiale bosnienne d’ArcelorMittal, le géant mondial de l’acier, veut mettre au chômage 80% de ses salariés, en raison de la baisse mondiale de la demande. Les syndicats sont vent debout.

Traduit et adapté par Aline Cateux (article original) Le géant de l’acier ArcelorMittal Zenica produit des armatures pour béton et toutes sortes de câbles. Depuis 2004, son propriétaire est Lakshmi Mittal, l’une des plus grandes fortunes mondiales. Sur son site Internet, l’entreprise affirme être « un des plus grands fabricants d’armatures des Balkans avec une capacité de production de presque un million de tonnes par an, ainsi qu’un des plus gros investisseurs du pays avec 150 millions d’euros investis jusqu’à présent ». Or, durant presque deux décennies en Bosnie-Herzégovine, ArcelorMittal a été au centre de multiples controverses, notamment (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous