Avec Gojčo, un des derniers bergers de Macédoine

| |

Aller à la rencontre des derniers bergers de Macédoine, c’est faire un bond dans le temps, témoigner de choses que l’on ne trouve pas dans les livres et s’immerger dans l’ambiance bucolique qui fait la beauté de ce métier. Reportage.

Mirjana Chakarova Les qualités du kaškaval, le traditionnel fromage de brebis, sont connues depuis longtemps. Ce que l’on connaît moins, c’est qu’avant la Première Guerre mondiale, il était transporté sur des radeaux, sur le Vardar, pour être vendu sur les marchés en Grèce. Ce mode de transport était caractéristique du sud-est de la Macédoine. Pour le commerce dans les autres villes et régions du pays, on utilisait surtout des chevaux et des mules. Blagoj Gojčo Janevski, du village de Gevgelija (sud de la Macédoine), est le chef d’une bergerie dont le nom, « les ruisseaux puants », est dû à l’odeur de soufre que dégage l’eau de source de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous