Osservatorio sui Balcani

La mort des villages macédoniens

| |

Les villages macédoniens dépérissent. Leurs habitants émigrent ou s’installent en ville. Ils fuient les conditions de vie difficiles et les revenus insuffisants de l’agriculture. Des mécanismes institutionnels de protection et de développement existent, mais les fonds manquent.

Par Risto Karajkov Silence, désolation, maisons écroulées, absence. Ce sont là les traits communs de nombreux villages macédoniens. Aussi étrange que cela puisse paraître sur un territoire de la taille de la Macédoine, le monde rural est bien en train de mourir. Les habitants quittent les villages et s’installent dans les villes, principalement à Skopje, la capitale. Une situation qui vaut pour ceux qui n’ont pas déjà choisi de quitter le pays. Le processus est loin d’être neuf, il dure depuis une cinquantaine d’années. Mais avec le temps, ses conséquences sont de plus en plus visibles. Aujourd’hui, le nombre de villages abandonnés est plutôt alarmant. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous