Suspension des mini-centrales en Albanie : le gouvernement Rama fanfaronne... à tort

| |

Le gouvernement socialiste vient de s’attribuer tout le mérite de la suspension de 440 projets de mini-centrales hydroélectriques. Or, c’est grâce à la mobilisation des riverains et des militants écologistes qu’une procédure judiciaire européenne vient d’être ouverte contre les permis illégaux attribués par Tirana.

Traduit et adapté par Chloé Billon (article original Une bonne nouvelle a commencé à circuler début octobre dans les Balkans : la suspension du projet de construction de quelques-unes des 2800 mini-centrales hydroélectriques qui promettent de barrer les rivières de la région. Cette fois, cette bonne nouvelle ne vient ni de Bosnie-Herzégovine ou de Serbie, mais d’Albanie. La nouvelle ministre de l’Énergie et des Infrastructures, Belinda Balluku, a en effet annoncé la suspension de la construction de nouvelles mini-centrales et l’ouverture d’une enquête sur la délivrance de 182 permis émis pour la construction de 440 installations. À la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous