Violences conjugales en Albanie : « le mariage n’est pas une peine de mort »

| |

Fin août, Fildeze Hafizi, une juge de Shkodër, était assassinée par son ancien mari. Un meurtre qui a choqué l’opinion d’autant que la magistrate, se sentant menacée, avait demandé la protection de la police. Entre tabous et patriarcat, ce meurtre vient rappeler, une fois encore, l’insupportable persistance des violences faites aux femmes en Albanie.

Par Louis Seiller « Le droit à la vie n’est pas un luxe », « Pas d’amnistie pour les violences familiales », « Le mariage n’est pas une peine de mort ». Devant les portes du ministère de la Justice, des dizaines de manifestants brandissent leurs pancartes avec détermination et se font entendre. Sur leurs visages, majoritairement jeunes et féminins, se lit la colère plus que la tristesse. Des bombes de peinture rouge explosent sur la façade grise de l’institution. Rouge, comme le sang de Fildeze Hafizi, cette femme de 39 ans, assassinée fin août par son ancien mari. Ces militant.e.s proches des associations LGBT ne sont pas les seul.e.s à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous