Albanie : le Théâtre national de Tirana entre en résistance contre la privatisation

| |

C’est une obsession chez Edi Rama. Le Premier ministre veut détruire le vieux Théâtre national pour en construire un nouveau, moderne, fonctionnel et dans le cadre d’un partenariat public privé. Les milieux culturels sont entrés en résistance, non seulement pour défendre un symbole de l’identité de Tirana, mais aussi contre le bradage d’un des derniers lieux publics de la capitale.

Par Louis Seiller Samedi soir. Les derniers rayons du soleil de la journée quittent lentement la façade du Théâtre national. Dans les allées du centre historique, l’heure est au gjiro, la promenade vespérale, et les discussions vont bon train à la terrasse des cafés. « Pour la protection du patrimoine culturel de Tirana ! » Depuis leur petit stand installé près du théâtre, de jeunes volontaires interpellent les passants, souvent peu au fait de la situation, et leur proposent de signer une pétition. Depuis quelques semaines, les salles de spectacle historiques de la capitale sont à nouveau en sursis. Début février, le Premier ministre Edi (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous