Bilten

Albanie : comment Tirana se débarrasse des pauvres pour faire de la place aux riches

| |

Tirana a bien changé depuis la chute du communisme en 1991. En moins de 25 ans, sa population a presque été multipliée par quatre, passant d’un peu plus de 200 000 à près de 800 000 selon les estimations hautes. Une croissance exponentielle qui a relégué les plus pauvres loin en périphérie. Avec la bénédiction du pouvoir, relais des desiderata de la bourgeoisie locale.

Par Arlind Qori Dans un quartier pas si périphérique de Tirana, soixante familles, pour la plupart issues de la communauté rom, vivent sous la menace constante de la destruction de leurs habitations. Le gouvernement albanais souhaite faire de la place pour construire un grand périphérique, qui désengorgerait la circulation notoirement embouteillée de la ville. Les familles en question, qui vivent depuis plus de vingt ans dans leurs maisons de bric et de broc, n’ont pas de titres de propriété, ce qui permet au gouvernement de les expulser en toute légalité et sans aucune compensation financière. Vu les moyens de pression limités de cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous