Adhésion à l’UE : Sofia demande aux Macédoniens de choisir entre « Bruxelles et Tito »

| |

Ce sera non. La Bulgarie va certainement opposer son véto à l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord. Poussé par l’extrême droite, le gouvernement Borissov joue la carte du nationalisme, et somme même Skopje de choisir « entre Bruxelles et Tito »...

Par Alexandre Levy En Macédoine du Nord, les propos d’Ekaterina Zaharieva, ont provoqué l’indignation générale. La population, déjà lassée des sempiternels arguments concernant la langue et l’histoire, s’est étranglée en entendant l’accusation concernant Tito, le communisme et la Russie. Surtout venant d’une Bulgarie qui a toujours été soupçonnée d’être proche de Moscou. De nombreux analystes politiques et éditorialistes ont écrit des lettres ouvertes à la ministre des Affaires étrangères, lui demandant de « connaître l’histoire avant d’ouvrir la bouche ». D’autres y sont allés de leur note d’humour en partageant la chanson de Lepa Brena Ja sam (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous