IWPR

Voïvodine : Les germes du mécontentement

| |

Alors que de nombreuses familles se retrouvent sans revenu, les moissons
sont
menacées et quelques autorités locales se démarquent de la position de
Belgrade
pour imposer un rationnement de temps de guerre.

Par un journaliste à Novi Sad Après deux mois de bombardements de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), la lutte quotidienne de la plupart des Serbes tout simplement pour se nourrir est devenue si ardue que les médias du régime sont obligés de se rendre à l’évidence. Un récent numéro du quotidien belgradois "Glas Javnosti" s’attarde sur le sort de la famille Petrovic du boulevard Lénine dans la Nouvelle-Belgrade. Bien que les quatre membres de la famille travaillent (le père est ingénieur, la mère est professeur et les deux enfants combinent études et petits boulots) ils sont obligés d’emprunter de l’argent à la fin de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous