Monténégro : pourquoi Đukanović a-t-il perdu ?

| |

Milo Đukanović a perdu les élections, il a reconnu son échec, mais il lui reste la possibilité d’entrer dignement dans les livres d’histoire : en facilitant une transition démocratique et pacifique. Par contre, son échec ne remonte pas à dimanche, il a perdu depuis bien plus longtemps que cela. L’analyse de Željko Ivanović, le directeur de Vijesti.

Traduit par Chloé Billon (article original) Il est tombé ! Le dernier dictateur soft de la partie démocratique et pro-européenne de l’Europe, le dernier chef de guerre criminel de l’ancienne Yougoslavie est enfin en passe de rejoindre les livres d’histoire : il restera d’ailleurs dans les annales comme le premier dirigeant monténégrin à n’avoir pas été vaincu par un groupe de conjurés, mais par les urnes. En effet, même si la théorie comme la pratique des régimes tenus pendant des dizaines d’années par le même homme suggéraient que le Trujillo monténégrin ne pouvait pas perdre les élections qu’il avait lui-même organisées, l’inimaginable s’est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous