Le « mini-Schengen des Balkans » avance, mais sans le Kosovo ni le Monténégro

|

Un mois après un premier rendez-vous dans la forteresse serbe de Petrovaradin, une deuxième rencontre a eu lieu ce week-end à Ohrid pour poser les bases d’un mini-Schengen balkanique. Une union entre l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, Macédoine et la Serbie, mais pas le Kosovo ni le Monténégro.

Par la rédaction Mise à jour 12 novembre : Après avoir participé à la rencontre, Dragica Sekulić, la ministre de l’Économie du Monténégro, a finalement désolidarisé son pays de l’initiative de « mini-Schengen ». « Je comprends les initiateurs du projet. Ce sont des pays qui, à cause de diverses barrières douanières qu’ils se sont imposées les uns les autres, peuvent avoir besoin de nouvelles initiatives pour promettre à nouveau ce que nous avons fait il y a longtemps », a-t-elle déclaré, faisant référence à l’Accord de libre-échange centre-européen (ALECE), dont le Monténégro est membre. L’ALECE, ou CEFTA, est une initiative régionale pour les pays (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous