IWPR

Les gays kosovars flirtent avec le danger

| |

Si l’homosexualité n’est pas illégale au Kosovo, la question demeure néanmoins taboue ; et la simple création d’associations de défense des droits des gays relève du parcours du combattant, alors que les victimes d’actes homophobes craignent de dénoncer les coupables aux autorités par peur de représailles.

Par Tanja Matic à Pristina Veton se sent chez lui parmi les jeunes gens bien habillés et vigilants qui fréquentent l’un des bars les plus branchés du quartier de Soho à Londres. Ce garçon de 27 ans a quitté le Kosovo, il y a 10 ans. Assis dans un bar de Soho, il affirme qu’il n’a aucune intention de retourner dans une société violente, pleine de préjugés où il serait considéré comme un délinquant. Veton, contrairement à beaucoup d’Albanais vivant à Londres, n’est pas victime d’un conflit ethnique ; il ne fait pas non plus partie de cette minorité albanaise impliquée dans le commerce du vice qui selon la police londonienne domine maintenant le monde (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous