Danas

La Serbie poursuit son combat juridique et politique contre l’indépendance du Kosovo

| |

La Serbie compte toujours sur le droit international pour s’opposer à l’indépendance du Kosovo. Belgrade compte saisir la Cour internationale de justice et poursuit un actif lobbying aux Nations Unies. Dans le même temps, la Serbie veut aussi redéfinir ses relations avec la MINUK. Entretien avec Vuk Jeremić, ministre des Affaires étrangères, qui s’explique sur les choix stratégiques de Belgrade, les relations avec l’Union européenne et les tensions au sein du gouvernement serbe.

Propos recueillis par Jelena Tasić Danas (D.) : L’entrée en vigueur de la Constitution du Kosovo et le transfert des compétences de la mission de l’Onu vers celle de l’UE sont prévus pour le 15 juin. La stratégie de Belgrade est-elle d’attendre l’Assemblée générale de l’Onu en septembre pour demander la position de la Cour internationale de justice sur l’indépendance du Kosovo, afin de permettre à Priština de terminer la transition prévue par le plan d’Ahtisaari ? Vuk Jeremić (V.J.) : De notre point de vue, aucune démarche unilatérale de Priština n’est valable depuis la proclamation de l’indépendance. Nous avons proclamées nulles toutes les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous