Monténégro : douze ans d’indépendance au mépris de l’État de droit

| |

Le 21 mai 2006, le Monténégro retrouvait son indépendance. Si Podgorica a depuis rejoint l’Otan et commencé ses négociations d’adhésion avec l’Union européenne, sur le plan intérieur bien peu de progrès sont à noter. Le pays reste aux mains du clan Đukanović, au pouvoir depuis 1991, gangréné par la corruption et le crime organisé. Interview.

Par Srđan Janković Lors du référendum du 21 mai 2006, 55,7% des Monténégrins se prononçaient en faveur de l’indépendance du Monténégro. La majorité des votants espéraient que cette nouvelle donne, sans la Serbie auquel le pays était rattaché depuis 1918, favoriserait l’état de droit, la liberté d’expression, l’intégration à toutes les organisations internationales, l’amélioration de la la situation socio-économique et la disparition des divisions communautaires, religieuses ou régionales. À l’occasion de cet anniversaire, Radio Slobodna Evropa a rencontré le diplomate Branko Lukovac, ancien président du Mouvement pour l’indépendance, pour faire le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous