Osservatorio Balcani e Caucaso

Grèce : à la découverte de Kristi Stassinopoulou, la Björk d’Athènes

| |

Comme Björk ou Grace Silk de Jefferson Airplane, Kristi Stassinopoulou se joue des codes et des étiquettes. La chanteuse grecque a commencé dès les années 1980 à mêler influences traditionnelles égéennes et rythmes actuels. Un trip « ethnopunk » underground qui ne l’a pas empêchée de représenter la Grèce à l’Eurovision... L’histoire d’un caméléon.

Par Gianluca Grossi Certains parlent d’elle comme de la Björk de la mer Egée. Son goût pour l’expérimentation la rapproche sans aucun doute de sa consœur islandaise ou d’autres monuments du rock, comme Grace Slick, la chanteuse de Jefferson Airplane qui a marqué les années 1960 et 1970. En vrai, toutes ces tentatives d’étiquetage ne restent qu’approximatives, impropres à saisir le parcours et l’expression de Kristi Stassinopoulou. « Ethnopunk » ou « ethnotrance », ces deux appellations marquant son attachement à l’underground pur et dur comme son attirance pour la juxtaposition de répertoires traditionnels (rebetiko, dimotika) et musiques modernes (rock (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous