Vreme

Cinq ans après le 5 octobre, l’Europe ne convainc pas la Serbie

| |

Les élites s’engagent pour un projet européen qui ne convainc pas les citoyens. Cinq ans après la chute du régime de Slobodan Milosevic, le 5 octobre 2000, la porte européenne s’entrouvre pour la Serbie, mais le pays demeure perplexe. Seuls parlent avec clarté ceux qui sont loin du pouvoir, tandis que le gouvernement de Kostunica appelle à « unir les efforts » du pays.

Par Dragoljub Zarkovic Le Conseil des ministres de l’Union Européenne, en décidant d’ouvrir les négociations avec la Serbie et Monténégro sur l’Accord de stabilisation et d’association, nous a presque ramenés aupoint où l’ex-Yougoslavie se trouvait dans ses rapports avec l’Europe au début des années 1980. A la lumière des faits, l’analyse des résultats de cinq années, depuis ce 5 octobre 2000 jusqu’au 5 octobre dernier, semble absurde : Où étais-tu ? Nulle part ! Qu’as-tu fait ? Rien ! Mon idée n’est pas de porter une atteinte grossière au bonheur d’une bonne partie de l’élite politique locale qui s’est manifestée lors de la bonne nouvelle annoncée par (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous