Bosnie-Herzégovine : HAD, ou les précurseurs de l’art urbain

| |

Trois jeunes artistes ont investi une usine désaffectée de Visoko, près de Sarajevo, pour la transformer en véritable musée à ciel ouvert. Dans un pays où la scène des arts de la rue n’existe pas vraiment, les fondateurs du trio HAD connaissent un joli succès, et ont réussi à attirer l’attention de la presse en à peine trois mois d’existence. Rencontre.

Propos recueillis par Rodolfo Toè C’est un grand bâtiment abandonné rue Čajengradska, en pleine zone industrielle de Visoko, à une vingtaine de kilomètres de Sarajevo. « La qualité des murs est simplement magnifique », s’exclame Damir, ravi. « Ils sont plutôt meubles, mais ne s’écroulent pas pendant que tu travailles, tu peux dessiner sans problème ». Damir, avec la collaboration de ses amis Muhamed « Hamo » et Anel, a transformé le silo de cette ancienne usine fermée après la guerre en un véritable musée en plein air, rempli de gravures et de peintures réalisées avec la technique du wallcutting. Ce collectif d’artistes, tous dans la vingtaine, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous