Le Courrier de la Macédoine

Arts plastiques : rencontre avec Atanas Botev, créateur engagé de Macédoine

| |

Atanas Botev est l’un des peintres les plus connus de Macédoine. Âgé de 35 ans, il a recours à toutes les formes de création plastique - peinture, BD, vidéo - et n’hésite pas à porter un regard engagé sur la société. S’il rejette l’idée d’une « politisation » de l’art, il estime que celui-ci ne peut pas rester indifférent au contexte social, quitte à provoquer de vives réactions. Début 2008, son détournement du drapeau grec avec une croix gammée a suscité un vif scandale. Entretien.

Propos recueillis par Srebra Pašovska C.d.M. : Les artistes doivent-ils s’immiscer dans la politique ? Doit-on mélanger ces deux champs, ou l’art doit-il rester « pur » ? A.B. : L’art permet d’analyser la politique, mais il ne doit absolument pas être instrumentalisé ni politisé. La politique est présente dans presque tous les pores de la société et il est impossible de la contourner lorsque l’on adopte une position artistique engagée. L’art ne doit pas être placé dans un contexte politique ou idéologique, car de cette manière on dévalorise et on vulgarise à la fois son objectif et son idée centrale, comme ce fut le cas avec le réalisme (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous