Danas

Vladimir Velickovic : « le devoir du peintre est de poser des questions »

| |

« J’essaie seulement, et je ne sais pas si j’y réussis, à montrer ce que l’homme est capable, dans sa folie nationaliste, fanatique et religieuse, de faire à l’homme. Mon devoir et mon but est de poser des questions. C’est à vous qu’il convient d’essayer d’y répondre », explique Vladimir Velickovic, peintre serbe vivant en France, nouveau membre de l’Académie française des Arts.

Propos recueillis par Aleksandar Manic « Depuis dix ans, on essaie de me persuader d’adhérer à l’Académie française des Arts. Une institution vieille de près de quatre siècles et moi qui devrait en faire partie. Toutes ces têtes blanches..., mais puisque la mienne aussi a blanchi je n’ai pas résisté au dernier « assaut » dont l’intensité assurait que je serais élu. Je dois reconnaître que je n’aime pas perdre. Et puis, la réputation de notre pays était concernée. Jusqu’ici, nous n’avions pas été présents sous la coupole, et voilà que c’est arrivé », raconte Vladimir Velickovic, peintre et académicien serbe, élu membre de l’Académie française des Arts le 7 (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous