Croatie : avec la disparition du café Na Kantunu, le vieux Split broie du noir

| |

C’était une institution pour les derniers habitants du Palais de Doclétien. Face à la concurrence des bars à touristes et aux pressions de la mairie, Neno, le patron du Na Kantunu, a dû mettre la clé sous la porte. Une disparition symptomatique de la dérive d’une côte dalmate qui mise tout son développement sur les visiteurs étrangers. Au détriment des locaux.

Traduit par Chloé Billon / Adapté par Simon Rico « C’est la fin. L’avidité nous a dévorés. Le dernier bastion de vie locale tombe », souffle Baldo, en buvant son premier petit noir du matin. Bientôt, l’étroite terrasse du Na Kantunu, au cœur du quartier de Get, rue Dominisova, sera à ranger au rang des souvenirs. Ce troquet, le dernier à avoir résisté à la gentrification touristique va en effet fermer ses portes lundi 23 septembre. Le patron, Nenad Šimundić, que tous ici appellent affectueusement Neno, s’est résolu à vendre ce local où il est né et où il a grandi, avant d’en faire un bar, au milieu des années 2000. « Le nouveau proprio va (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous